Luce de Montgon, donatrice et bienfaitrice

    Ajouter à mon bloc-notes

  • Imprimer la page

Luce de Montgon, donatrice et bienfaitrice de la cité riomoise !

 

Bien qu’originaire de Montagne (Crevant-Laveine), c’est à Riom que l’histoire de Luce de Montgon s’est écrite. Née le 13 septembre 1982, cet illustre professeur d’anglais a laissé un souvenir impérissable à celles et ceux qui ont croisé sa route. Son éducation par des préceptrices an-glaises et allemandes la prédestinait à l’enseignement des langues. Ce fut le cas, pendant 49 ans ! Car malgré la fortune de sa famille et l’optique d’une vie aussi oisive que luxueuse, c’est au ser-vice des autres que Mlle de Montgon se destina.

En 1942 Luce de Montgon revient en Auvergne pour assurer les cours d’anglais à Notre-Dame-Des-Arts, puis à Saint-Joseph - Saint-Agnès jusqu’à l’âge de 73 ans. Éliane Lebas se souvient de ces années : « Je l’ai eue plusieurs années et j'ai aussi bénéficié de cours de soutien. Pour cela, j'allais chez elle, rue Delille. J'étais impressionnée par sa demeure. Pour nous, les élèves, elle était la « Miss ». Ce n'était pas péjoratif mais on l'appelait comme cela.  C'était une figure ! Elle venait coiffée de ses éternels macarons, avec son pot à lait en fer blanc. On avait droit à son arrivée, sauf erreur de ma part, au « Good morning girls ! » Elle faisait le rappel à l'ordre en tapant sur le bureau avec sa chevalière aux armoiries des de Montgon.»

Le Foyer Jeanne d’Arc, pour aider les aînés dans le besoin

Sa carrière dans l’enseignement libre lui permit d’éduquer et de transmettre aux plus jeunes. Mais son esprit était également tourné vers les plus âgés, comme en témoigne Nicole Darmet : « Avec une certaine originalité, paraissant parfois appartenir à un autre âge, et pourtant très sensible aux problèmes de son époque, puisque en plus de sa participation à la vie culturelle de Riom, elle se montrait préoccupée à la fois de l’éducation des jeunes par son dévouement dans les établissements scolaires où elle enseignait, et au bien-être  des personnes âgées par la réalisation de la Résidence Jeanne d’Arc ». En achetant la maison des Petits Pères (rue Pascal) en 1958, Luce de Montgon a l’idée d’en faire une maison de retraite… Elle fera finalement don de ce local à la Ville de Riom qui cherchait alors à créer le Musée Régional des Arts et Traditions d’Auvergne. Mais son projet ne fut pas abandonné ! Après l’acquisition d’une propriété rue Jeanne d’Arc, elle l’offre à l’office des HLM pour la construction d’un foyer-logement de 36 appartements, qu’elle aménage sur ses fonds personnels. Elle crée l’Association Riomoise pour le Logement des Per-sonnes Âgées en vue d’en assurer la gestion et établit en 1970 la fondation Luce de Montgon, reconnue d’utilité publique en 1971. Pour son engagement, Mademoiselle de Montgon se vit dé-cerner le diplôme de Citoyenne d’honneur et bienfaitrice de la ville de Riom en 1965.

Au delà du bâtiment qui abrite aujourd’hui encore le Musée régional d’Auvergne, Luce de Mont-gon a laissé à sa ville de coeur d’innombrables documents réunis aux Archives municipales. Sa collection de livres est aujourd’hui à la bibliothèque municipale et ses meubles anciens ont été légués au Musée Mandet avec des portraits de famille. Après sa disparition le 10 aout 1975, c’est d’une femme joviale, intelligente et tournée vers les autres que se souviennent celles et ceux qui ont croisé sa silhouette au fil des pavés de cette ville de Riom qu’elle avait totalement adoptée !

Restons en contact