SEITA

    Ajouter à mon bloc-notes

  • Imprimer la page

Pour que vive la SEITA

Mardi 29 novembre, hélas par voie de presse, la Seita, filiale française de la multinationale Impérial-Brands (ex-Tobacco) annonce la fermeture de ses derniers centres de recherche et de production en France, respectivement dans le Loiret à Fleury-les-Aubrais (87 postes) et dans le Puy-de-Dôme à Riom (239 postes).

Il n'est pas évoqué tous les emplois induits (sous-traitants, fournisseurs, prestataires de services...).
Néanmoins en 2015, le groupe a dégagé 2,3 milliards d’euros de bénéfices. Le versement des dividendes en 2016 aura augmenté de 10% par rapport à ceux attribués en 2015.

Près de 3 millions d’euros d’argent public ont été attribués depuis la création du CICE en 2013. Pour autant l'entreprise a licencié à Carquefou et Bergerac en 2014. Elle y prétend encore aujourd'hui. Où va l’argent du CICE ?

Cette décision est dénuée de tout fondement économique. Elle ne répond qu’à une logique purement financière conduisant à de nouvelles destructions d’emplois dans notre pays et déchirant le tissu économique local.

Il s’agit indéniablement de fermeture boursière. Elle entraîne une double catastrophe : humaine et sociale pour les employés et leurs familles ; économique pour la vitalité du bassin de Riom. Pourtant, certains employés avaient fait de gros efforts en acceptant de changer de lieu de travail, suite aux fermetures, déjà traumatisantes, d’autres usines du groupe, à Nantes et à Metz, notamment. 

Mis devant le fait accompli, nous, élus du territoire de Riom, ne pouvons accepter et permettre à des entreprises de licencier en dépit de leur bonne santé financière. Nous déplorons de tels procédés.

En conséquence, le conseil municipal de Riom :

  • Exprime sa solidarité avec les salariés de la SEITA.
  • S’engage à soutenir les salariés et leurs représentants.
  • Exige en urgence un débat sur l’avenir et le maintien de la filière tabacole française.
  • Demande un moratoire sur le CICE, le contrôle et la conditionnalité des aides publiques.
  • Demande le remboursement et le non-versement des aides du CICE, d'autant plus quand elles accompagnent la fermeture d’entreprises ou de groupes rentables.

Motion votée à l'humanité par le conseil municipal de Riom le 13 décembre 2016

Le comité de soutien vous propose de signer cette pétition et de la faire signer largement autour de vous pour amplifier le mouvement de solidarité qui se développe autour des salariés de la Seita, des agriculteurs du tabac et des buralistes.

Cette pétition soutient un projet novateur axé sur le grand enjeu de santé publique.
La filière tabac peut mettre ses compétences et ses structures au service du recul du tabagisme en France, et de la surveillance du parcours des produits du tabac.
Refusez la domination des transnationales du tabac !
Demandez l’intervention de l’Etat, maître d’œuvre de cette question.

Signez et faites signer la pétition ci-dessous !

https://www.change.org/p/l-etat-français-les-transnationales-du-tabac-ne-feront-pas-la-loi-sans-contraintes-ni-contrôles

Restons en contact

fetishpain.net
maxfetish.net
filmsfetish.net